Communauté Fractalienne
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 La mort est un recommencement

Aller en bas 
AuteurMessage
Milosevik

Milosevik

Messages : 416
Date d'inscription : 10/07/2012

La mort est un recommencement Empty
MessageSujet: La mort est un recommencement   La mort est un recommencement Icon_minitimeJeu 18 Avr 2013 - 4:24

https://youtu.be/S0wk88rjYS8

La fin d'une chose, le début d'une autre...

Sud-Est du continent, aux chaines de montagnes du Pic du nommé Outpost, un avant-poste de survie, extension des ruines de Red Vault... ce lieu est occupé par une cinquantaine de survivants de tous horizons. Blancs, Blacks, Asiatiques, hommes du Nord comme de l'Est, tous œuvrent à la défense depuis la dernière alerte. Une alerte sur un danger attendu depuis de longs mois. Un impact qui tarde à arriver et qui finira par arriver. Ça le Serbe le sait. Jess Milosevik, le meneur d'une des plus vieilles équipe de survie de ce continent, un homme qui a survécu par deux fois aux attaques d'une équipe qui ne perd jamais. Basterds, UBP comme il la nomme, mais aussi Funky Team ou autres mixes de différents groupes comme les Phoenix. Oui, les Phoenix avec une Jaz Parks qui vient tenter de le tuer après les un an et demi vécu à ses cotés au manoir de Fall Point. Même pas une trahison... bien pire que cela.

C'est justement cette femme qui avait bien changé que Milosevik voit dans les plus puissantes jumelles qu'il possède. Il la reconnait de par ses formes, sa démarche et l'animal qui la suit tout en bas des falaises. Ils sont une quinzaine avec elle. Mais pourquoi est-ce aussi difficile de voir aux pieds du pic ? On vous le donne dans le mille... la météo. En ce début d'hiver en montagne il fait bien plus froid qu'au sol dans le désert. Au sommet d'un pic il y a parfois vingt degrés d'écart avec les plus hautes températures du continent. C'est juste des rafales puissantes de vents qui claquent les premières neiges sur le somment. Un bouclier naturel. Bien joué Batards du Nord, ça empêchera les tirs d'une trentaine de tireurs.

Il n'y a que cela à faire, les observer de loin. Deviner leurs silhouettes. Il y a bien plusieurs défenseurs qui cassent de la roche pour en faire des petits tas à faire tomber sur la tronche mais question tirs, c'était mort. Ça sera des tirs proches ou du corps à corps. Ça ne manque pas, au bout de plusieurs heures, on distingue différents grimpeurs espacés. Pas moyen de faire tomber des roches sur une avancée groupée. Milosevik prévient tous les occupants du bunker de se tenir prêt au niveau des bâtisses. Lui même se rend en terrasse avec Nouanda pour se mettre en position de tir à distance pour couvrir le pont amenant au bar. La principale équipe Flesh en Blood est en première ligne juste en dessous de lui à couvrir tout le versant coté pont. Des tables, chaises, plaques et sacs de sables sont placés en tranchées derrière les grandes baies vitrées. Tous sont parés à un assaut proche. L'ennemi mettra des heures à grimper et avec de la chance certains peuvent tomber.

Bien assez de temps pour se voir les uns et les autres pour se faire des Au-revoir et souhaiter bonne chance.
(voir autre RP)
Le temps passe, la progression inter-clans du Nord se fait sous un déluge de premières neiges hivernales. Milosevilk a terminé son tour de camaraderie et écoute un dernier morceau de musique accompagné d'une roulée et d'un verre. Celui du condamné ? Même topo qu'il y a sept ans avec une condamnation à mort que le Crash lui a retiré ? Possible...



C'est avec Nouanda et Taz qu'il se rend à la terrasse, un poste surélevé qui lui laissera la possibilité de tirer sur les premiers arrivants au niveau habitable. Jess caresse son complice griffu et affiche un air paisible non habituel. Le calme sur son visage. Faciès qui annonce un mauvais moment. Il retire son gant pour prendre la joue de sa moitié. Nouanda. La jeune Asiatique qu'il embrassera longuement. Il lui sourit tout aussi longuement et lui dira quelques mots, inhabituels eux aussi.

Les premiers tirs arrivent. Steeve était en planque sur le versant de la falaise. Là pour donner le signal au risque de se faire voir et tomber. Le pilote avait prévu un de ses trois parachutes en cas de chute. C'est pourtant ce qui arrive quand le Canadien se jette en arrière dans le vide tout en tirant. En face de lui ça réplique et ça le touche à plusieurs reprises. Reavers était-il un vampire comme il lui avait confié ? Avec tout ce qu'on avait découvert depuis six ans, Milo s'attendait à tout. C'est pourtant pas loin du sol en bas de falaise que Jess voit une toile de parachute, non loin de l'endroit ou était caché l'avion du Blond et Fred. Ce qui était certain, les Basterds/UBP étaient arrivés.

Déluge de tirs de plus de dix armes automatiques. Ils avaient coordonné leur montée sur la plateforme. En face d'eux les Flesh and Blood répliquent avec des armes à poudre et lourdes arbalètes de défense. Des armes à tirs uniques ou double, pas de rafales ou recharges rapides. L'avantage de défendre est vite balayé par leur armement. Fichu matériel ! Milosevik épaule son arme, colle son œil à sa lunette, cherche une cible, bloque sa respiration, ajuste et tire.


(HRP: Suite après, je vois quelques détails avec le joueur d'Aglae... qui m'a déjà signalé la façon qu'ils grimpent à l'assaut du poste.)

_________________
La mort est un recommencement Banncadremilo
Revenir en haut Aller en bas
Milosevik

Milosevik

Messages : 416
Date d'inscription : 10/07/2012

La mort est un recommencement Empty
MessageSujet: Re: La mort est un recommencement   La mort est un recommencement Icon_minitimeVen 19 Avr 2013 - 15:54


Texte de Wetcoprs, joueur d'Aglae :

SANTÉ!

Aglaë fume. Un joint tordu, ça c'est normal, mais elle fume aussi littéralement. La peau ravagée de ses épaules et de son crâne dégage de la vapeur, on sent presque l'air onduler autour d'elle. Il doit faire moins de zéro mais elle n'a gardé qu'un marcel crasseux qui commence à lui coller au dos. C'est sur, la canette qu'elle vient de broyer dans son poing d'un geste spasmodique ne contenait pas que de la tisane. Ni du redbull, l'étiquette raconte vraiment n'importe quoi.

Un mince filet de bave perle au coin de ses lèvres tandis qu'elle arbore son plus beau rictus psychotique. Ses tempes battent au rythme de la boombox du roi de la Funk qui mène son escouade dans la montée.

Il faut bien une dose déraisonnable de basse funky frénétique et de liquide de frein frelaté pour mener à bien l'exploit qu'ils s%u2019apprêtent à accomplir : attaquer un complexe lourdement défendu situé au sommet d'un pic enneigé. L'ascension au milieu du blizzard s'annonce presque plus dantesque que la baston qui va suivre.
Chargés plus que de raison d'artillerie pré-crash et de munitions, les exécuteurs de l'ADN et leurs carnes irradiées attaquent la montée.

Neige, vent et chutes de pierre plus ou moins naturelles font de leur mieux pour les renvoyer d'où ils viennent par la voix express. Les respirations sont haletantes, les poumons à la limite de la rupture, la sueur donne l'impression de geler directement sur la peau et les yeux dans leurs orbites. Rangers et sabots dérapent entre caillasses et congères. Les mitrailleuses pèsent de tout leur poids sur leurs sangles bricolées et si Ag' n'était pas défoncée jusqu'aux yeux elle regretterait d'avoir choisi des chaine rouillée pour suspendre la gatling à son harnais.

-Sniiiirfl QUELQU'UN A UN MOUCHOIR?
-QUOI?
-UN MOUCH... LAISSE TOMBER.
-QUOIII?
-AVANCE!


Première étape, la station de téléphérique. Une demi heure de pose (d'explosifs) et on repart. Les câbles cisaillés à la dynamite s'affaissent dans la poudreuse. La cabine restera en haut.

Formation dispersée. Les radios saturées de statique ne sont d'aucun secours, on se repère au son lointain du ghetto blaster poussé au maximum. Les chefs d'équipe répondent à coups de sifflet .

On dépasse les premières barricades. Un ou deux francs-tireurs commencent à bombarder et sont promptement déchiquetés. Les os broyés au fond du ravin.

Enfin ils prennent pieds sur la plate-forme. Devant eux l'observatoire délabré, hérissé de barbelés et de tireurs embusqués.

https://redcdn.net/ihimizer/img694/811/000batprincout.jpg

Tir de suppression. A ce stade c'est plus du tir de suppression d'ailleurs, c'est un jeu de massacre. Impossible pour les défenseurs de relever la tête sans manger une rafale.

La chauve s'avance vers l'entrée d'un pas de sénateur en faisant cracher la M134. Par brève saccades à peu près contrôlées d'abord, puis lorsqu'elle se laisse emporter par bandes de 100 cartouches en une fois. Comment la quadra squelettique parvient-elle à tenir debout avec cet engin reste un mystère que les drogues de combat ne suffisent pas à expliquer.
Les six canons commencent à chauffer au rouge au rythme irrégulier de la batterie de Vespa suspendue dans son dos. Rien à voir avec la cadence infernale d'origine mais ça reste totalement déraisonnable.

Une partie du groupe la double pour enfoncer les portes et s%u2019engouffrer à l'intérieur. L'irradiée s'accorde une pause le temps de constater qu'il ne lui reste assez de munitions que pour quelques secondes de tir soutenu et décide d'emprunter l'escalier extérieur vers le toit. A tous les coups le Serbe se planque la haut avec son snipe et espère pouvoir dégommer un ou deux assaillants avant d'y passer.
Un coup d'%u0153il autour d'elle, elle repère deux UBP armés de Famas qu'elle réquisitionne pour grimper à sa suite.

Les marches rouillées grincent dangereusement sous leur poids mais elle y prête encore moins attention qu'aux meubles à moitié pourris placés là pour la ralentir. A coups de bottes, elle se fraye un passage et poursuit son ascension mécanique.

Elle débouche la première sur la terrasse. En face, à l'autre bout, Jess et sa copine et leurs armes braquées.
Dans le temps qu'il leur faudrait pour envoyer leurs deux projectiles dans sa direction, elle pourrait faire pareil avec tout ce qui lui reste. Le résultat serait probablement tout aussi mortel des deux côtés.

La seconde de flottement qui s'ensuit est inexplicable, irréelle. Une autre suit. Suffisamment pour que la Basterd puisse intimer à ses acolytes l'ordre de ne pas tirer avec une confiance qui ne lui ressemble pas.

La chauve et le Serbe font un pas en avant. Le doigt toujours sur la détente, mais ils savent déjà tous les deux que ni l'un ni l'autre ne fera feu. Comme une connivence muette entre deux combattants qui ne le sont pas que par nécessité.

Ag' lâche la poignée de son arme et s'en dépêtre d'un geste assuré. Gatling, chaines, câbles et munitions tombent avec fracas sur le ciment enneigé. Elle dégaine son couteau.
Jess jette son Kar98 à ses pieds et fait de même.

Sous l%u2019%u0153il sidéré de leurs compagnons respectifs ils se fixent, immobiles, et commencent à sourire.


HRP: Je lui ai demandé s'il pouvait changer deux détails: Celui du fait que des Flesh tombent de la falaise sous des tirs (pas possible ou a moins qu'il parle de Steeve) et que certains des siens défoncent les premieres portes. pas possible non plus, la comm n'est pas tombée. On peut laisser tel quel mais ça prêtera à confusion pour vos idées/textes.

_________________
La mort est un recommencement Banncadremilo
Revenir en haut Aller en bas
Milosevik

Milosevik

Messages : 416
Date d'inscription : 10/07/2012

La mort est un recommencement Empty
MessageSujet: Re: La mort est un recommencement   La mort est un recommencement Icon_minitimeVen 19 Avr 2013 - 15:56

(Vous pouvez lancer vos textes, la suite que je vais écrire sera le duel entre Milo et Aglae en citant Nouanda aussi.)

_________________
La mort est un recommencement Banncadremilo
Revenir en haut Aller en bas
Nouanda
Admin
Nouanda

Messages : 374
Date d'inscription : 10/07/2012
Localisation : Dans l'ombre...

La mort est un recommencement Empty
MessageSujet: Re: La mort est un recommencement   La mort est un recommencement Icon_minitimeVen 19 Avr 2013 - 18:09

Les derniers préparatifs sont faits, il est l'heure.
L'heure de vivre ou mourir.
L'heure de défendre et protéger ce lieu qu'ils ont remis eux même en état... Cet endroit consolidé à la sueur de leurs fronts, par les efforts conjoints de tous.
Travail difficile, beaucoup se sont drogués pour travailler plus dur, l'air moitié hagard dû aux substances... L'adrénaline leur redonne conscience, tous sont sur le pied de guerre, qu'ils sachent se battre ou non.
Nouanda est fière. Fière d'aller au devant de la faucheuse pour eux, pour eux tous. Ils le méritent. Si elle savait... Si elle savait qu'elle s'était plantée de cible quant à la taupe... Enfin, l'heure n'est pas aux regrets qu'elle ne pourrait pas même éprouver puisqu'elle ignore ce fait.

L'ascension est quasi terminée, ils vont être là sous peu. Une dernière étreinte, un dernier baiser, tendre... trop. Ses yeux s'humidifient au contact de son homme, ce geste n'est pas habituel, elle le sait. Ses mots... Nada à ses pieds tente d'attirer son attention, Nouanda n'y prend pas garde sur l'instant, ses lèvres ne font que prononcer une ultime demande au Serbe. "Ne crève pas sans moi."
Elle se penche alors sur sa bestiole, la caressant quelques secondes, le temps d'essuyer les larmes qui ont dévalé la face de son impassible visage. La peur lui offre le courage nécessaire à l'action à venir, mais ces gouttes salées ne doivent pas être vues. La jeune lynx les balaie d'un coup de langue... Brave compagnon, va.

Enfin, elle lui sourit.
Qu'elle vienne, la mort, qu'elle vienne ! Elle l'attend de pied ferme.

Steeve est le premier à tomber. C'était prévu, presque, l'espoir garde toujours une place parmi les faits.

Calmement, elle ajuste ses tirs... Et se rend compte de la dérision de leurs armes... La fumée même précise sa position... Elle a beau prendre son temps, le mousquet n'est pas une arme automatique, loin de là, le temps de recharger, les ennemis ont avancé de plusieurs mètres. Elle ne relâche pas l'effort pour autant, elle ne compte pas abandonner, loin de là.

_________________
La mort est un recommencement Nounou10


Dernière édition par Nouanda le Sam 20 Avr 2013 - 9:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://redvault.forumactif.org
Steeve

Steeve

Messages : 36
Date d'inscription : 10/07/2012

La mort est un recommencement Empty
MessageSujet: Re: La mort est un recommencement   La mort est un recommencement Icon_minitimeVen 19 Avr 2013 - 21:44

Affirmatif, c'est confirmé, les Basterds reformés et customisés sont là. En grandes pompes. Milo avait reconnu celle avec qui il avait mené le manoir de Fall Point. Après sa participation aux meurtres des défenseurs d'Oiléan Thorai et le massacre de l'équipe de Dezba, voila maintenant qu'elle vient terminer son écœurante besogne. Pour sur qu'elle venait remercier Jess d'avoir empêché la Marabunta de pacifier tous les Phoenix en mer. La gratitude est merveilleuse de nos jours. Ca devait être la joie chez les Flesh de pouvoir mettre des noms et des visages sur ceux qui venaient les tuer. Ce cadeau tant attendu offre également un autre bonus, celui de voir venir la vague. Ils avaient quelques heures pour surfer ensemble avant la noyade.

Son ami le serbe fait le tour des siens. Pour certains il y avait des conversations, des verres, quelques clopes, mêmes des blagues, de l’inquiétude, un dernier baiser pour d'autres et un canadien bien seul. Seul d'être un gars un peu bizarre, seul d'avoir perdu Fred sa collègue pilote, seul d'avoir été refoulé par les deux toutes petites approches qu'il s'était autorisé dans la survie. Fin bon, un chat à neuf vies dit-on. Hum, pour son cas on parlera d'une vie éternelle. Notre sympathique et souriant Reavers a un virus. Un rare. Un de ceux qui ont développé tant de légendes et autres histoires plus exotiques les unes que les autres. Merci virus, je me sentirai moins seul.

Les minutes défilent, l'heure est dépassée quand le blond part s'équiper. Gants, lourd manteau, bonnet, armes, harnais, cordes et un des parachutes de la piste d'aviation. Il ira prévenir son complice d'avant-crash qu'il part se placer sur le versant de falaise pratiqué par l'ennemi. Le but est d'avoir leur progression exacte dit-il. Vu le temps exécrable de début d'hiver, on y voyait pas grand chose. Une accolade au balafré et voila notre acrobate partit pour faire une petite descente en rappel. L'attente est interminable. Steeve scrute, essuie plusieurs fois son masque de ski, bouge ses doigts, se déplace de temps à autre le long de sa parcelle de falaise quand.... quand des silhouettes apparaissent telles les créatures d'Aliens le Retour progressant dans le faux plafond. Les monstres sont là.

Sur le coup il avait envie de se marrer à s'imaginer tout ce beau monde à s’entraîner à l'escalade pour l'occasion mais ce qui allait suivre ne donnait pas envie de rire. Le canadien commence à remonter comme il peut pour prévenir les autres. Parler à la radio aussi proche ça serait donner sa position. Trop tard. Il est grillé. S'il pouvait les voir, les autres aussi. Surtout qu'ils avaient tous la tronches vers le haut de leur progression. Steeve entend même le cliquetis d'un chargement d'arme automatique. Il arrivera pas à la corniche et décide de se décrocher en se propulsant en arrière l'arme à la main en ayant pour but de tenter d'en flinguer un pendant le début de chute. BAM BAM le pilote tire les deux plombs de son arme à poudre sans savoir s'il fait mouche. Ce qu'il sait c'est les différents impacts d'armes automatiques qui répliquent. Son corps reçoit différents calibres que son pare-balles codé avec les pieds ne retient pas.

Steeve tombe. Il vole. Quasi inconscient par la douleur des impacts. Le froid lui fait reprendre conscience pour tirer le déclencheur du parachute heureusement placé dans le dos. Le ralentissement dans l'air est de courte durée avant de se manger les arbres du bas de falaise. Au revoir bunker, bonjour Red Vault. Il traverse quelques branches et se mange au sol. Tordu de douleur, crachant du sang, Steeve est mort. son statut de vampire le fait encore bouger. Le voila sur les traces de Mike Frost. Reavers se détache difficilement avec son couteau et rampe au sol avant de prendre appui contre les arbres pour se déplacer. Il progresse comme un zombie pendant que les tirs se multiplient au sommet des falaises. C'était sourd, c'était maintenant loin. Il était mort aux yeux de tous, il ne pouvait plus les revoir. Steeve lève la main vers le pic pour un dernier adieu. Il se rendra à l'avion qu'il avait remis en marche avec Fred. Steeve était mort, James prendra la suite. Et quelle suite !
Mais ça, c'est une autre histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Haarbald

Haarbald

Messages : 68
Date d'inscription : 11/07/2012
Age : 40

La mort est un recommencement Empty
MessageSujet: Re: La mort est un recommencement   La mort est un recommencement Icon_minitimeSam 20 Avr 2013 - 0:12

Il avait observé les pylônes de téléphérique s’écraser en contre-bas. Cette explosion marquait la première note d'un requiem, il avait déjà affronté certains des ennemis présents à Oiléan Thorai.

Avec un calme Olympien, il partit se placer de manière à tirer sur ceux qui arriveraient à la clôture. Le clone de combat eut un sourire narquois à la vue de leurs assaillants et de leur matériel. Aux mouvements de certains, les drogues de combats ne leur étaient pas inconnues.

S'il faut reconnaitre une chose à un monde sur la plage de la mer extinction totale, c'est que tout y est plus intense et que l'adaptation humaine fait que les combattants les plus chevronnés finissent par atteindre, voire dépasser, le niveau de combat d'un bioroïde tel que lui. Une simple vérité qui faisait passer les milliards de dollars de recherche et conception de son "espèce" pour une perte sèche.

De toute façon le Dollar dans le Fract...

La douche de plomb s'abattit avant que ses cibles ne soient à la portée de son fusil à poudre. Lui n'était pas hors de porté de leurs armes.
Calmement, patiemment, il attendis une ouverture afin de pouvoir répliquer, mais son mur de couverture ne tiendrais pas des lustres.

Le moment se présenta, le clone aux gênes modifiés eut à peine le temps de répliquer un coup, il n'eut même pas le temps de voir s'il avait touché sa cible que le rythme de la pluie de plomb changea, une rotative se mit à cracher mettant en pièce le mur derrière lequel il se trouvait. L'adrénaline et ses réflexes affutés l'envoyèrent au sol où il roula afin de trouver un angle mort.

Un bruit de craquement mouillé et de métal déchiré lui indiquèrent, avant même son afficheur de réalité augmenté dans son œil cyber, qu'il venait de perdre son arme et son bras gauche au dessus du coude.

L’inhibiteur de douleur se mit en marche et il dégrafa sa ceinture pour se faire un garrot, toujours dans un calme et une efficacité toute à lui, malgré cela, il n'avait plus beaucoup de temps et il le savait. Il fit sortir ses griffes félines du bout des ses doigts, bientôt l’ennemi serait devant leurs murs, il allait les accueillir et ensuite...

...Ensuite, il saurait s'il y avait un paradis synthétique pour les clones, ou si, pour la seconde fois depuis les Flesh and blood, il serait traité comme un humain... Bientôt il pourra faire le bilan et se reposer... Mais avant...

Les diverses drogues de combats emmagasinées dans son corps se libérèrent et il se releva, prêt pour son dernier assaut.

_________________
La mort est un recommencement 682080Haarsignat


Dernière édition par Haarbald le Sam 20 Avr 2013 - 4:14, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Haarbald

Haarbald

Messages : 68
Date d'inscription : 11/07/2012
Age : 40

La mort est un recommencement Empty
MessageSujet: Re: La mort est un recommencement   La mort est un recommencement Icon_minitimeSam 20 Avr 2013 - 0:31

(Voila, si un rpiste d'en face veut achever le Bioroïde ^^. Puis je ferait un dernier petit texte.)

_________________
La mort est un recommencement 682080Haarsignat
Revenir en haut Aller en bas
Vanessa

Vanessa

Messages : 72
Date d'inscription : 12/07/2012

La mort est un recommencement Empty
MessageSujet: Re: La mort est un recommencement   La mort est un recommencement Icon_minitimeSam 20 Avr 2013 - 3:32

* Vanessa reçoit les consignes comme les autres, elle va s'équiper avec son amour pour le combat qui s'annonce. Les deux échanges un long baiser langoureux, elle aurait bien aimé avoir plus de temps avec son amoureuse.
Saki l'aide à enfiler son armure, elle en fait de même avec sa partenaire. Elles prennent leur arme respective, un dernier baiser avant d'aller prendre leur position. L'attente semble interminable, elle connaît les Basterds et aussi les autres, l'attaque ne pardonnerait pas et elle aurait un lot de blessés et de morts.

Ils sont armés jusqu'aux dents et drogué à fond la caisse. Elle ne réussit pas à comprendre leur motivation et encore moins celle de ceux avec qui elle a vécu. L'air est calme et une explosion survient au bas de la falaise. Elle est optimiste et espère que leur groupe pourra les repousser.

Elle échange un regard avec les autres Flesh.

Les cibles sont dissimulé par la météo et pour le moment, elle reste à couvert avec Saki. Elle voit Steeve qui saute en chute libre et qui reçoit une rafale de balle pendant un échange. Elle ne pourra rien faire pour lui.

Des impacts de balles se font entendre contre leur muret qui résiste, mais elle remarque que celui d'Haarbald n'a pas la même chance. Elle réplique aux coups de feux pour essayer de donner une chance à Haarbald de se replier.

Elle reçoit un projectile qui écorche son bras, mais la blessure est superficielle. Elle recharge son arme. *
Revenir en haut Aller en bas
Milosevik

Milosevik

Messages : 416
Date d'inscription : 10/07/2012

La mort est un recommencement Empty
MessageSujet: Re: La mort est un recommencement   La mort est un recommencement Icon_minitimeSam 20 Avr 2013 - 4:49

Milosevik cherche dans la lunette de son Mauser une cible. A chaque fois qu'il en aligne une, elle bouge trop vite et se met à couvert. En face d'eux il y avait que des combattants entraînés et habitués aux échanges de tirs... et mixé avec cette fichue météo, toucher quelqu'un révélerait de l'exploit. C'est en voyant passer une grosse boule noire dans sa lunette que Milosevik réalise qu'il avait loupé Akubra à Oiléan. L'Afro-Affreux Black avait ruminé sa vengeance pendant plus de six ans. Certains ont la rancune tenace ! Assez agacé d'avoir loupé sa cible au Port Fomoires, Jess se concentre à rectifier le tir. Une, deux, trois balles pour l'avoir. Incroyable, il était toujours là à progresser vers la place forte des Flesh and Blood. Romuald avait comme une sorte de bouclier magnétique dans les cheveux.

C'est suite à cette perte de temps de vouloir rattraper le passé que Milo réalise qu'en bas ça ne tient pas. La puissance de feu ennemie est bien trop grande. Pour un plomb ou carreau tiré, deux rafales le sont du coté ennemi. On peut facilement entendre les grandes vitres du bar qui explosent. Les claquements de plombs sur le métal, les impacts qui déchirent le bois, les cris de douleur suite aux blessures. Jess prend le risque de se pencher au dessus de sa planque pour abattre un des premiers qui approche des escaliers extérieurs du bar. Une volée de balles lui fait rentrer la tête. Il entendait le roulis continue d'une cracheuse. C'était comme si Terminator entrait dans une planque de résistants. Jess tire ses deux dernières balles quasi à l'aveugle. Au moment de recharger, il entend des pas qui terminent de monter les marches sur le coté. Une tête chauve apparaît.

Ils se fixent.
Ils se reconnaissent.
Ils avaient croisé leurs regards en mer. L'un en haut de baignoire d'un sous-marin, l'autre sur un bateau à vapeur lance-flammes aux mains.
Ils s'étaient loupés de peu au Port d'Oiléan et se retrouvent ici tous deux, quasi face à face.

La meneuse Basterd semble vouloir décrocher son bardas. Milo comprend dans la seconde. Il dépose son fusil au sol et dit entre les dents à sa moitié
:

- Nouanda, n'interviens pas. Empêche quiconque de monter. C'est entre elle et moi.

Comment refuser une telle invitation !? Comment laisser l'occasion de venger Vince et Kristen ! Milosevik retire son trois-quart et déclenche la lame de la protection de son avant-bras.
Il a le sourire. Sourire que partage son adversaire. Il avance les bras écartés comme pour épouser la mort qui viendra faucher l'un des deux.
Le vent fait claquer les tissus des vêtements, la neige fait plisser les yeux, le froid est oublié. Milo par l'excitation, Aglae par ses prises de stupéfiants vu le simple débardeur qui lui couvre le buste.


(Musique)

Les deux s'élancent. L'irradiée cherche le coup mortel direct et Milosevik fait ce qu'il a toujours fait dans un combat rapproché... saper l'appui adverse.
Un magistral low-kick vient de mettre au sol la Bastard. L'homme est plus grand, plus lourd et a plus d'allonge. Le Serbe n'attend pas, il saute sur elle la lame partant vers le bas. Aglae, sur le dos, lance ses deux pieds en interception. L’allonge du balafré est cassée, il se mange les Rangers dans la face.


Deux, trois pas en arrière pour reprendre l'équilibre et ne pas tomber. Jess se porte la main sous le nez pour regarder le sang présent. Il relève la tête pour repartir à la charge sur la toxico. Sa jambe est levée en grand écart pour écraser le talon de sa lourde Rangers. Le talon claque violemment le sol cassant une dalle. Loupé !
La cancéreuse balance son bras armé du couteau. Coup que Jess bloque avec l'avant-bras protégé. Le coup est si violent que la lame transperce la protection. L'attaque de la lame ne vient pas seule et c'est un coup de boule qui vient cogner le front de l'homme. Le poids aidant, cette fois si c'est elle qui recule sur l'impact... ne lâchant pas sa lame ressortie de l'avant bras. Milosevik expulse le sang de son nez en soufflant et marche vivement sur elle pour d'un seul coup pivoter sur lui même. Une balayette retournée est lancée. Aglae tombe un genou à terre quand la lame de Milo fait une circulaire vers le cou. La femme recule la tête de justesse et se mange la deuxième jambe dans le ventre. De nouveau reculée, le dos d'Aglae bute sur une des rambardes de la terrasse. Le Serbe est déjà sur elle.
La lame est lancée. Le coup est esquivé.


Jess a l'impression que le sol tremble, comme si quelque chose avait explosé sous ses pieds. Sa vision se trouble et le son ambiant devient sourd.
Le vent ne souffle plus, la neige dégringole lentement. Il pivote sur lui même pour chercher sa cible mais ne la voit plus. Peut-être est-elle tombée de la rambarde...
Il se penche au dessus pour regarder l'escalier. Plus personne. plus de tirs. Jess passe une nouvelle fois sa main libre sous le nez... ça ne saigne plus. Il commence à replier sa lame quand soudain la vision de son visage sur le reflet retient son attention. La balafre... la grande cicatrice sur son visage n'y est plus. Il reste médusé à contempler cette anomalie. Il est tiré de ses pensées par Nouanda qui revient accompagnée de Reeven... Reeven !? Mais que fait-il ici ? Il n'était pas mort proche du fleuve au Nord de Caldeira ? L’incompréhension est la plus totale quand il voit débarquer Kristen, Seth, Vince, Erika, Hannah, Elodie... accompagnés d'Uggly, Haarbald, Juan, Saki, Jelica et bien d'autres visages disparus depuis.
Le Serbe comprend alors. Il se retourne vers Nouanda qui se tient à ses cotés.


- On a réussi. Nous sommes tous réunis...

Aglae voit Jess Milosevik adossé contre la rambarde. Son visage est maintenant relâché... son couteau encore planté dans les cotes. Un léger sourire reste sur ce visage aux yeux fermés. La neige s'étale sur cette coupe gominée quand Nouanda termine sa course contre lui, criblée de balles. On aurait dit qu'ils s'étaient endormis.


FIN

_________________
La mort est un recommencement Banncadremilo
Revenir en haut Aller en bas
Nouanda
Admin
Nouanda

Messages : 374
Date d'inscription : 10/07/2012
Localisation : Dans l'ombre...

La mort est un recommencement Empty
MessageSujet: Re: La mort est un recommencement   La mort est un recommencement Icon_minitimeDim 21 Avr 2013 - 6:37

Recharger encore ? À quoi bon ? L’un d’entre eux a posé le pied sur la terrasse… L’un… L’une, plutôt. La chevelure inexistante et la tronche dénaturée ont induit la brune en erreur. Oui, c’est bien une femme, l’ombre d’une femme qui s’avance, laissant tomber son arme au sol. Son cœur rate un battement lorsque le Serbe fait de même, s’avançant pour un duel dont la mort est la seule issue. La mort de qui ? Elle veut espérer encore, elle veut croire.

Elle ne peut parler, la gorge serrée tout à coup par une angoisse qu’elle n’a guère l’habitude d’éprouver. L’adversaire de Milo n’a plus rien d’humain à ses yeux, Uggly lui-même lui semble plus sain, que ça soit corporellement ou psychologiquement. Une fugace image s’interpose quant à ce qu’elle aurait pu devenir si elle avait continué à se nourrir comme auparavant. Si elle avait continué à tuer lors même qu’elle n’avait pas faim… Serait-elle devenue comme ces gens ? Non. Elle aurait tué, parce qu’elle aimait ça, sans essayer de se dédouaner à ses yeux ou à ceux d’autrui. Elle aurait assumé au lieu de crier des règles absurdes sur les ondes. En même temps, à l’époque, elle n’avait pas de radio, alors gueuler sur les ondes…

Nouanda acquiesce à la demande de son homme, un dernier regard, un seul, elle ne doit pas voir ce qui se passe, elle ne doit pas trembler, non, il faut tenir, tenir assez longtemps pour que ce duel ait une fin, quelle qu’elle soit. Tenir.
Son mousquet est (enfin) rechargé, elle tire, à l’aveugle, en sortant de l’abri de son mur, elle tourne le dos aux duellistes, sans un mot, sans un cri. Nouanda laisse tomber son arme pour prendre l’éternel sabre japonais qui siège sur son dos. D’autres sont arrivés, elle entend bien les tenir à distance… Utopique ? Non… Ils aiment jouer, et elle n’aime guère l’idée que lors de cette ultime chasse, elle fait partie des proies. Rôle qu’elle ne prise que peu, n’y étant pas habituée.

Elle n’est qu’un petit lapin, aujourd’hui, et pas armé d’un fusil, alors pour tuer le chasseur, ça risque d’être quelque peu difficile. Il faut juste gagner du temps, un peu de temps, beaucoup, peut-être… La bise glacée la fouette, elle observe ceux qui arrivent.
Qui… Qui a donc tué Kristen ? Quel est celui qui lui a volé sa vengeance ? Est-il là, au moins ? À moins que ça ne soit celle que Milo a choisi pour victime… ou comme bourreau. Pas grave, elle prendra n’importe qui.
Nada s’élance vers les arrivants. Elle n’atterrira pas sur ses pattes, la jeune lynx, fauchée en plein vol sans avoir même effleuré quiconque. Ils viennent de tuer son Espoir. (« Nada » en serbe, signifie « espoir »). Un grognement sourd s’échappe de la gorge de la jeune femme, son petit, on vient de lui tuer son petit ! Bénis soient les dieux, quels qu’ils soient, qui ne lui ont jamais fait porter d’enfant, il aurait subi le même sort.

L’air farouche, à découvert, Nouanda reste dos aux deux chefs de meute qui s’affrontent, résistant à l’envie qui la tenaille de déséquilibrer ce combat qui lui fait peur en allant porter un coup dans le dos de la chauve, un coup indigne d’une Flesh… Mais bordel, Nouanda, qu’est ce que font la dignité et l’honneur dans la balance alors que les ennemis ne sont que pour un jeu de massacre ? Elle sait que certains ont été amis des Flesh, dans le temps… Belle amitié en vérité ! Elle sait également que Milo a évité leur massacre, à ces mêmes amis… Bonjour le remerciement ! Ou alors, tout simplement, sont-ils trop fiers pour accepter d’être redevables. Allez savoir.
Ce qui la retient, l’asiatique, outre les balles qui fusent à ses oreilles – à croire qu’ils jouent avec elle, se réjouissant de ses sauts au pifomètre pour tenter de les éviter – ce qui la retient, donc, c’est qu’il a demandé qu’elle ne s’en mêle pas, ni elle, ni personne.
Elle n’a jamais su lui désobéir.

Pour l’instant – une dizaine de secondes environ - sa danse est quelque peu efficace, à moins qu’ils ne la visent pas vraiment, au final, une éraflure au bras, une autre à la cuisse, rien qu’un peu de douleur qui lui arrache un sourire triste. La véritable souffrance est derrière elle, dans l’ignorance de ce qu’il se passe, dans le fait que chaque coup qu’elle entend, elle le ressent comme autant d’informations qu’elle ne peut traduire.
Le son, le son dans son dos s’est arrêté. Ils ont même cessé de tirer, rien qu’un instant, comme pour l’inviter à se retourner et voir, voir le spectacle qui s’offre à elle, celui du Serbe, son homme, mort.

Elle prend conscience tout à coup de la scène qui l’entoure, des armes que portent les hommes et femmes qui sont présents du nombre qui l’entoure, des leurs qui sont cachés, et heureusement, derrière les murs encore, parce qu’ils suivent les ordres, de combien ils doivent être frustrés de ne pouvoir être là, également…
De combien sont déjà tombés, morts ou blessés, elle l’ignore – Haar, son compagnon de toujours, son ami ; Jelica-puce, l’enfant devenue combattante qu’elle avait consolée ; Saki-tatouage, qui l’avait embrassée et tatouée ; Uggly-chocolat qui n’en avait plus mangé depuis des lustres et ne devait pas comprendre ce qui lui arrivait ; Juan-Pablo, grande gueule sadique au cœur tendre, mais hors de question de le lui dire ; Nix, l’homme perdu dans sa seconde guerre mondiale ; Steeve, Steeve qui avait bien changé ; Morgane qui doit rester pour réparer Haar, la timide, mais terriblement efficace un bioroïde entre les mains ; Daparia, bon vivant de l’Ordre ; et Inigo venu les aider à s’entrainer pour cet instant et qui est resté jusqu’au bout ; Vanessa, la doc qui ne peut mourir car elle doit sauver ceux qui peuvent l’être, qui tentait de lui inculquer le savoir être des damoiselles ; Albert l’uniburne avec sa chance de châtré ; Mamba et ses dents ; Kaïas et son silence… Puis, puis Yuki, sa sœur…
Et de combien tomberont encore parce que la lutte est sans espoir, que les prétextes pour massacrer sont chez leur ennemi aussi nombreux que les poils de cul – expression ignorée d’Aglaë l’imberbe – et qu’ils en ont tous.
Elle prend conscience de tout cela, et du fait qu’elle vive encore, là, à cet instant, court, fugace, où elle se rue vers la chauve en hurlant, espérant, désespérée, la toucher, faire une victime peut être ?
Venger… Se venger. Se suicider, plutôt, et elle est exaucée.
La musique reprend, elle n’a plus le cœur à danser, la musique reprend et l’embrase, l’enlace et surtout, surtout la traverse alors qu’elle s’écroule, loupant Aglaë qui n’a qu’à faire un pas de côté, pour l’éviter, et, comble de la magnanimité de la chauve, preuve de son immense mansuétude, la laisse finir sa course contre le Serbe, l’homme qui lui a appris à vivre.

La fin, ensemble, en famille.

_________________
La mort est un recommencement Nounou10
Revenir en haut Aller en bas
https://redvault.forumactif.org
Maria

Maria

Messages : 214
Date d'inscription : 11/07/2012

La mort est un recommencement Empty
MessageSujet: Re: La mort est un recommencement   La mort est un recommencement Icon_minitimeDim 21 Avr 2013 - 13:38

Maria a tout vu, Maria était présente. Assignée avec le groupe de l'ordre pour défendre un autre secteur. Peu d'échanges avec ses "collègues", tous aux aguets et prêts à en découdre. Comme elle.
Le temps se gate, Maria a très peu dormi. Plus de cannabis dans le sang que de globules blancs et rouges. L'adrénaline la submerge au moindre bruit suspect.
Maria est sur la mauvaise passerelle, quand elle entend la première détonation, elle se retourne, le visage livide.

Une course débute, sa radio se met en mode buzz et lui déchire les oreilles d'alertes lui indiquant le point de ralliement fatidique.
Elle court de toutes ses forces, ses jambes et ses poumons la consument de l'intérieur.
Maria n'a qu'une arme à feu avec peu de munitions. Quand elle arrive, à peine le temps de se rendre compte qu'il est trop tard pour piler nette et se cacher.

Maria change de stratégie et fonce vers la salle de contrôle.
La ou Jess aime regarder ses invités venir.
Ils sont tous au sol. Jess, Nouanda, Jelica, Juan, Haarbald... Maria s'arrête de compter les cadavres, et se fout des claques sur la figure.

Pourquoi ça ne continue pas? Pourquoi le combat est il terminé? Leurs ennemis n'avancent pas dans l'intérieur de la station.
Maria a plein de choses à faire, des affaires à rassembler, des choses à récupérer dans la station.
Dans un premier temps elle file courir dans le laboratoire de Morgane Sullivan. Elle fouille la pièce et en ressort un petit ordinateur en main. Elle continue sa course vers la pièce de vie de chez Jess.

Elle allume l'ordinateur, semble discuter avec quelque-chose qui s'agite sur l'écran. Une larme coule de ses yeux.

"C'est... toi?"

"Je... je... non je ne peux pas!"

"Mais comment ça se fait que...?"

"Je... c'est impossible..."

"NOOOOOOOON! NOOOOOOOOOOOOOOOOOOON"
Un cri de rage se propage dans les couloirs.

Au bout de quelques minutes, Maria le regard rouge, les joue humides, grince de dents et se lève comme abattue. Elle va chercher un chalumeau et une disqueuse dans l'atelier, sans entrain. Puis revient devant la porte de la chambre à Jess. Elle ouvre la porte.

Taz est il parti rejoindre le paradis des diables? En tous cas il n'est pas là pour l'emmerder.
Maria fouillera la pièce pour récupérer une petite croix en bois. Elle la sert contre elle, et s'en refait un pendentif qu'elle accroche autour de son cou..

Elle part ensuite dans sa piole. Elle rérécupère plusieurs flacons, un ou deux carnets, son carquois, des flèches. Ses affaires sont presque prêtes.

***********************************

Quelques heures après l'attaque, l'endroit était devenu glauque, plus personne ne se chargeait d'alimenter le générateur principal. Les fonctions du complexes commencèrent rapidement à décliner.
Dans les couloirs sombres, les Ombres de quelques survivants s'agitèrent, certains tenaient conseils, Maria elle, était seule dans sa chambre. Son ombre dansait projetée sur les murs par les lueurs de bougies posées au sol.
Maria est nue, recouvertes de symboles noirs recouvrant son corps. Elle semble en transe, peut être s'adresse t elle aux habitants de la station?
Des sons lugubres sortent de sa gorge, mais sa bouche reste close. Un balai de danse nocturne débute entre elle et les esprits ayant envahi les lieux...

***********************************

Quelques temps plus tard, Romuald lancera un Ultimatum. Certains décidèrent de fuir de leur côté, Maria elle, sera aperçue par plusieurs survivants quittant la zone montagneuse avec le groupe qui vient d'attaquer la station.





_________________
Le chat ronronne le présent. Le chat est toujours dans aujourd'hui... Le chat mijote et ne bout jamais. Le chat est un animal concentré, un poêle à combustion lente
Revenir en haut Aller en bas
mamba

mamba

Messages : 24
Date d'inscription : 28/07/2012

La mort est un recommencement Empty
MessageSujet: Re: La mort est un recommencement   La mort est un recommencement Icon_minitimeLun 22 Avr 2013 - 8:58

Stark avait demandé à Mamba de prendre la place de Moira dans la défense. Cela ne l'enchantait, surtout qu'elle allait être aux ordres de Jess, un peu raciste sur les bords, surtout il réclamait une dette qu'elle avait déjà payé un autre. Elle était donc arrivée en trainant les pieds à la défense.

Pourtant l'adrénaline ou peut être l'habitude du combat semblait avoir changé une des plus jeunes membres de l'Ordre. Il n'y aurait ni désobéissance, ni insulte, ni remarque déplacée. Elle se conduirait en parfait soldat. Depuis son premier gros combat, à 12 ans, lors de la chute d'Azuria, Mamba savait l'importance de la discipline dans ces moments-là. Bon il est vrai qu'à l'époque elle faisait plutôt partie du groupe qui avait détruit la communauté, mais passons.

Mamba avait ajusté son armure, on ne sait jamais, chargé son âme, débité des espèces d'incantations en agitant un petit sac à dent. Elle faisait appel aux esprits de ses nombreux compagnons décédés pour la protéger, sans doute futile, mais on a tous besoin de quelque chose pour vivre avec son passé et avancer. Elle se remémora les dernières paroles du chef, Stark, une vague histoire de joie, se jurant que si elle survivait à ce qui l'attendait, elle aurait deux mots à lui dire. La joie ne voulait pas dire l'envoyer à la mort. Puis prête à tout mordre, elle gagna une position stratégique : une vue dégagée sur l'ennemie mais vu le temps cela ne serait sans doute d'aucune aide, une protection naturelle, ça pouvait servir, Daparia pas loin, unique membre de l'Ordre présent et son "compagnon" de formation. Elle avait certes gagné ses derniers combats contre lui. Mais là elle le fixait guettant ses réactions et ses gestes. Il était un peu comme son chef à elle à ce moment là. L'attente commença !
Revenir en haut Aller en bas
Milosevik

Milosevik

Messages : 416
Date d'inscription : 10/07/2012

La mort est un recommencement Empty
MessageSujet: Re: La mort est un recommencement   La mort est un recommencement Icon_minitimeLun 22 Avr 2013 - 12:49

J'ai copié certains textes sur le forum de Fract:

http://www.fract.org/forums/index.php?sujet=5963

Je n'ai pas placé les secondes parties de Milosevik et Nouanda et ni celles de Maria et mamba.
Je vous laisse faire. ^^

_________________
La mort est un recommencement Banncadremilo
Revenir en haut Aller en bas
Kirill

Kirill

Messages : 12
Date d'inscription : 22/04/2013

La mort est un recommencement Empty
MessageSujet: Re: La mort est un recommencement   La mort est un recommencement Icon_minitimeLun 22 Avr 2013 - 21:45

Jusqu'ici tout va bien...

Kaias de son surnom, Kirill n'était pas tranquille. Habituellement calme, aussi serein que l'eau de roche, homme discret, secret, quasi muet avait sa tête des mauvais jours. L'annonce de la montée de l'ennemi le stressait plus que tout. Même pendant ces plus d'une heure de répit avant leur arrivée sur la plateau, le Russe n'avait pas envie de boire ou parler. Ils étaient tous là à profiter de ces derniers instants ensemble avant une probable mort mais lui, impossible d'approcher quiconque ou même de sortir un son de sa bouche. L'ex militaire garde en mains son arme et scrute l’extérieur derrière une des grandes vitres du complexe.

Dehors ça commençait à neiger. Les rafales de vent claquaient les bâches du matériel lourd entreposé dans les recoins du premier niveau. Le calme avant la tempête. Le sixième hiver après le Crash, la troisième confrontation entre les tueurs du Nord et l'équipe. Kaias n'était pas à bord du Sous-Marin Black Shark à l'époque... il était avec Seth, un des amis avant-Crash du Serbe. Un grand meneur de survie qui avait succombé au virus Zombinite. Depuis, bien du temps était passé. Bien des visages avaient défilé pour disparaître dans l'oubli ou les souvenirs. Où qu'ils aillent, tout devenait souvenirs.

Le premier à bouger pour faire face à cette avancée ennemie est le Canadien. Steeve, le pilote téméraire. A peine est-il en rappel contre une parois de falaise qu'une explosion retentit. Les Cannibales du Nord avaient explosé la station téléphérique du contre-bas. C'était parti. Un coup de cymbale pour annoncer le début des hostilités. Kirill fait craquer son cou et bouge ses épaules pour essayer de se détendre. Un petit tour dans les couloirs pour vérifier la fermeture des différents accès avant de rejoindre l'équipe de défense principale postée au niveau du bar. Toutes sortes d'objets avaient été placés contre les vitres, fenêtres du premier niveau ou même derrière la porte principale... endroit que le Russe compte tenir avec ses frères de survie.

Salves de coups de feu d'armes automatiques au loin. Ça devait être au niveau de Reavers. Ils étaient là. Kirill passe son regard sur ceux présents et hoche de la tête. Quelques minutes qui semblent interminables quand soudain ça claque contre les lourds murs de béton du poste. Assez vite des trous se forment contre l'épais verre du bar, arrachant quelques plus gros morceaux quand le calibre était plus important. Tous ceux présents savent qu'il faut attendre leur approche pour tirer l'unique ou double tirs des armes qu'ils possèdent. Trois, quatre coéquipiers sont baissés derrière de lourdes balistes, prêts à relever leurs énormes armes à l'horizontale. Kaias se tente à laisser dépasser vite fait un œil pour y voir une cible.

Ça souffle fort dehors, ça neige de plus en plus. On peut entendre le fusil à culasse de Milosevik en action juste au dessus. Le meneur tire et ça encourage à faire de même. L'ex militaire fait volte-face et tire un des deux coups de son arme sur la première forme dans son champ de vision. Un type tombe mais rampe deux secondes après. Touché, pas abattu. Deux secondes de trop à être exposé pour le solide soldat, une rafale explose l'endroit ou il se trouve. Son plastron tient le coup pour deux balles mais une troisième transperce la protection. Kaias tombe en arrière, une balle dans le poumon.

Ça brûle, il tousse, il crache maintenant du sang sur le coté. Kirill est sérieusement blessé. Il a surement perdu connaissance un instant puisque plusieurs camarades sont maintenant au sol, morts. Inigo le regarde, les yeux fixes à jamais. Il relève la tête et pointe son arme vers l’extérieur. Il croit un instant ne plus pouvoir respirer, sa tête tourne, sa vue est trouble, ses jambes sans force. Il rampe en arrière là où se replient Vanessa et Mamba. Une main vient le tirer en arrière, c'est Fish en sang qui ricane en sortant des insanités. Kaias est replié en même temps qu'il tire sa deuxième balle vers un mouvement extérieur. Quatre, que quatre survivants au déluge de feu. Le groupe de Stark prend la relève aux cotés du Mareros Hernando Xeres.

Maintenant tout va mal...

Kirill Kaias était hors jeu.

_________________
La mort est un recommencement 000banban
Revenir en haut Aller en bas
Stark

Stark

Messages : 129
Date d'inscription : 17/07/2012

La mort est un recommencement Empty
MessageSujet: Re: La mort est un recommencement   La mort est un recommencement Icon_minitimeMar 23 Avr 2013 - 17:49

Cela faisait quelques lunes que les membres de l'Outpost épiaient sans arrêts les alentours, alternant les prises de rondes et les heures de sommeil (quand c'était possible). Mais on est jamais assez préparé à la guerre qui nous attend... Les premières infos tombèrent. Le bras armé de l'alliance du nord était en approche. Cette fois c'était la bonne. L'alerte fut donnée. Non pas avec l'utilisation de l'alarme générale du bunker, mais au bouche à oreille. Il fallait garder le maximum de cartes en main quand on affrontait un tel ennemis et le bluff bunker endormi en faisait partis...

Dès que l'alerte fut donnée, les hommes se mirent en place. Nul moment de doute, nul moment de crainte, tous étaient prêts à affronter leur destin, quel qu'il fut. Stark croisa Daparia dans les couloirs. Il prit le temps de s'arrêter pour une accolade fraternelle et quelques mots : « Ne crève pas ! ». Ce sera la dernière fois qu'il le verra en vie. Le capitaine se dirigea ensuite vers l'arrière du bunker, côté montagne. Toute l'équipe numéro 2 avait pour mission de défendre le second accès au bunker, c'était la stratégie défensive qui avait été décidée des lunes auparavant, alors que Sanctuary venait de tomber. Contrairement à la partie de chasse, il n'y avait aucun doute : ils étaient les proies...

Stark et tous les défenseurs de l'équipe numéro deux attendaient camouflés derrière les murs qui donnaient du côté montagne. L'endroit était à peine plus simple à garder, le seul avantage venait du terrain, un peu près dégagé qu'ils avaient jusqu'aux premières crevasses. Un avantage si le temps avait été plus clément, et encore... Le froid pénétrait leurs vêtements et le vent leur glaçait le bout des doigts, mais ils avaient le coeur chaud et remplit de volonté : celle de survivre. Le capitaine observait les différentes personnes présentes, une à une, les plus proches de lui, puis les plus éloignées, avec un peu plus de difficultés. Tous n'étaient pas des guerriers, mais tous se battraient pour défendre la cité. Khélia, Scal, Max, Jax, Bill, Ed, Mona, Locke, Kurtz, Kosan, Nathanael, Louvéa, et Hex, l'ancien chef de la Marabunta était avec eux lui aussi, armé d'un mousquet emprunté à l'armurerie quelques minutes auparavant. Stark se tourna ensuite vers Khélia qui se tenait à ses côtés, posa la main sur sa joue rien qu'un instant avant de finalement lui faire un petit signe de tête d'encouragement. Le silence régnait totalement : pas une seule parole, pas un seul mot ne venait troubler ce calme d'avant tempête... Puis la première rafale vint déchirer cette bulle et ouvrir les hostilités...

Le départ était donné et les coups de feu ne s'arrêteraient que bien plus tard... Il ne fallait pas bouger, maintenir la position. Chacun le savait, ce n'était que le début et malgré toute l'envie que l'on avait, à ce moment là, de se précipiter vers l'avant du bunker pour aider les autres, il fallait rester et s'assurer que personne ne puisse les prendre à revers. A chaque coup de feu tiré de l'autre côté, l'envie et le désir de délaisser le flanc se faisaient de plus en plus oppressants. Finalement le moment de se rediriger vers le front arriva.

Le capitaine se mit en marche rapide, direction le couloir principal du bunker. Mamba, Vanessa, Fish et Kaias blessés, qu'en était-il des autres défenseurs ?! Sans attendre Stark se précipita au devant des quelques blessés. Plaqué contre le mur, arme pointée vers la porte à moitié ouverte, une nouvelle ombre : la balle partit. Il agrippa ensuite Kaias au col pour aider Fish à tirer la masse presque inerte de l'homme vers le recoin le plus proche. C'était à priori le blessé le plus sérieux sur place. A priori.. dans la précipitation il n'avait qu'évalué l'homme à terre. Hex arriva à son tour et fit feu. Les tirs qui provenaient de l'intérieur de l'Outpost n'étaient maintenant plus que des tirs de couverture . Ils ne le savaient pas encore tous, mais la défense principale du bunker était tombée. L'histoire des Flesh and Blood venait de prendre fin... La leur viendrait certainement dans peu de temps...

_________________
La mort est un recommencement 884614banstark
Revenir en haut Aller en bas
Uggly

Uggly

Messages : 5
Date d'inscription : 05/09/2012

La mort est un recommencement Empty
MessageSujet: Re: La mort est un recommencement   La mort est un recommencement Icon_minitimeLun 29 Avr 2013 - 13:53

Prout-prout caca plouf
Voila à quoi pensait Uggly les bons-tuyaux. Tuyaux intestinaux bien mis à mal à l'arrivée des pas-beaux. Les moches. Les ordures. Ceux qui avaient tenté 2 fois de lui faire la peau. Trois vilains trous dans le sous-marin et un tout nouveau malin dans sa patte-folle quand il avait tenté de sauver Kristen au port des Fumoires. Queue-de-nid, ce n'était pas à l'idée de se bouffer les tripailles qui constipait notre bon Uggly mais bien cette magistrale hauteur ou il survivait depuis des mois. Encore Red-Vault c'était passable, il y avait des grottes et de la terre. Hors là c'était pire qu'être en mer. L'irradié attendait d'expulser une chiasse carabinée. là, accroupi le cul à la limite du grand vide. Le plus haut et grand chiotte de la planète.
Rien n'y fait, ça ne vient pas

BOUM
prout

Le 1er son était une explosion dans la zone de la gare téléphérique. Le 2eme était la promesse d'une possible libération nauséabonde. N'a qu'un oeil n'en peut plus, trois jours de stress aux habitations, ça bougeait de partout, pas moyen de chier tranquille. C'était peut-être ce froid qui l’empêchait de se soulager. Il devrait tenter de faire au chaud pour une fois. Comme au manoir ou dans le black-shark, pas moyen de faire dans le même trou que les autres. Seule fois qu'il avait voulu s'essayer à un largage en règle, une tête était apparue sous son popotin. De quoi traumatiser notre bon redneck défiguré.

HHHHUUUUUKKKKK HUUUUUUK

Uggly crie pour se donner de la force. Du courage. Une volonté de combattre cet acte naturel qu'est de faire caca. Bon-sang de bon-soir ça ne sera pas pour ce soir! Le meilleur chasseur du pays n'arrivait pas à faire sa crotte. C'est un vaillant, un dur, un résistant survivant que même le crash n'avait pas éradiqué. Uggly était un gentil en fait. Uggly faisait peur, Uggly avait une grande gueule, Uggly était agoraphobe, il était beaucoup de choses sauf un crevard. Parce que les crevards, c'est pas ce qui manquait en contre-bas. Des raclures finies, des morfales boit-sans-soif qui détruisaient les constructions et construisaient pour détruire bien convaincus d'avoir tout comprit.
Ils avaient moins de valeur que ce qu'il essayait d'expulser de son anus

En parlant de cul, c'est bien à cet endroit qu'Uggly reçoit sa 5eme balle. Ca venait du vide. La surprise et telle qu'Uggly fait un saut d'un mètre avant de cavaler derrière un mur du chalet fortifié. Il a mal, il grogne, il jure de se venger. Il mangera le dur, le mou et le tendre de leur bidoche. Même pas mal! C'est en mettant son fessier abîmé dans la neige qu'Uggly se sent mieux. Ca lui fait du bien. Uggly est content, Uggly bave.
Le repos est de courte durée quand il entend le feu d'artifices du pic. C'est que les Bastards ne sont pas venus seuls. Il y avait toutes sortes de frustrés. Du sang-gris-laids, du fuck-team, du faux-nique's et même d'horribles bon-à-rien-suiveurs-suceurs-de-queues. La plus belle équipe que ce monde ait connu. Des chasseurs de lapins.

Uggly n'a qu'une envie, après celle de chier pour rappel, c'est de retrouver Juan-pas-beau ou Milo-Milo, seuls vrais chasseurs à son niveau. fallait bien se serrer les coudes parce que ça puait d'un seul coup. Les artifices n'en finissaient plus et ça ne devenait plus amusant du tout. Une seule arme à culasse se fait entendre et c'est sur la terrasse. Belle terrasse ou par beau temps on faisait des grillades. Rien qu'à y pensait Uggly en bavait de plus belle. C'est ce point que l'irradié vise. Il contourne, se ramasse une balle, lâche un nouveau pet, commence à monter les marches d'un des escaliers, s'en ramasse une autre, grogne de mécontentement en crachant du sang, s'en prend une autre en arrivant au sommet, tape dessus croyant à une piqûre pour enfin tomber à genoux le cul en l'air. Uggly avait battu son score de trous dans la peau en quelques minutes.
Une scène pas joli-joli est découverte

Une putain est en train de cracher au visage de son bon ami le serbe. Un grand leader de survie que beaucoup respectaient. Et elle, qui est-elle ? N'a qu'un oeil se souvient. Il se souvient de cette mange-merdes-suiveuse-moralisatrice. Son oeil n'oubli pas. Il se souvient aussi des paroles dans la boite qui parle pour ne rien dire. Il se souvient que cette judass reine des juives, les falashas chocolat les pires, était là à essayer de profiter d'une victoire qu'elle ne méritait pas. En bonne mange-merdes qu'elle était, elle en mangera.

Ca coule. Ca sort. Ca gerbe. Uggly fait caca. Il expulse sa merde. Une bouse infâme et malodorante qu'il récupère dans sa large main.
Uggly se doit de faire une scato-revendication.
Il revendique de salir cette sous merde. Et au lancer, Uggly excelle. Même avant de crever.
Selena Page sera la feuille d'un papier-cul. Celle de la merde d'Uggly qu'elle reçoit de plein fouet sur la face.
Les yeux, la bouche, les cheveux, le nez, elle en a partout.

Une telle revendication est vraiment louable. C'est une juste revendication.
Uggly est content
Uggly bave
Uggly meurt
Revenir en haut Aller en bas
Juan Pablo

Juan Pablo

Messages : 31
Date d'inscription : 29/08/2012

La mort est un recommencement Empty
MessageSujet: Re: La mort est un recommencement   La mort est un recommencement Icon_minitimeDim 5 Mai 2013 - 20:00

https://youtu.be/vhYtgoc3Swg

La mort est un recommencement 72240289_p

La mort est un recommencement 483873_432982763451676_3836212_n............................................................La mort est un recommencement MaraSalvatrucha-21

Que font trois latino's à un bar sous du son rappelant un passé lointain avant-crash?
Ils picolent, fument et jouent aux cartes. Juan Pablo, Hernando Xeres et Inigo sont à table en train de jouer au poker. Les mises sont des capsules de bouteilles et les gains varient. Clopes, alcools, quelques stups ou souvenirs de combats. Hex gagnait. Le jefe des fourmis était malheureux avec les femmes et chanceux au jeu. Question bluff, prises de risques et coups de poker, il avait été le maître pendant plusieurs années dans le fract. Qui pouvait se venter d'avoir eu son passé? Milo, Stark et Hex ensembles, trois grands meneurs.

-Tou gagnes encore Hex. Me queda mi reloj.

Juan allait jouer sa montre quand l'alerte est donnée. L'alerte de quoi? L'alerte de la venue des batards du nord. Batards de n'avoir aucun vrai lien, batards dans l'esprit comme dans les actes. Ceux qui se cherchent des excuses bidons pour tuer sans réelles raisons. Comme on dit, la raison du plus fort est toujours la meilleur et les batards aimaient l'appliquer en y mettant le paquet à chaque fois. Pas de prise de risque pour eux, ils tapaient toujours pour gagner sans surprise, sans courage, sans gloire. Pour sur ils n'aiment pas le poker.

-Puta on peut pas jouèr tranquilo.

Juan El Magnifico se souvient qu'il n'avait pas terminé un boulot à ce sujet. Il avait été chargé de plastifier tout le complexe. Il avait bien mis toutes les charges aux endroits stratégiques mais sans enfoncer les détonateurs. Il regarde les engins explosifs dans son sac à ses pieds et demande à Hernando:

-Los bastardos arrivent Hex et yè pas placé les détonateurs sour lès charges. Inigo èt moa on doit réjoindre el équipo dè défense. Tou peux lès planter?
Voici lès plans ou yè les ai caché.


Hex avait toujours eu des cojones. Comme le démontre sa présence à Outpost bunker. Venant seul et sans garanti. Tout dans le risque, tout dans l'honneur. Tout comme Inigo qui n'avait pas hésité à rejoindre l'équipe de défense avec les risques qui vont avec. Hex accepte. Ce qui lui fera louper le début des hostilités. El cazador Pablo passe et repasse vérifier les différents accès. Il y croise plusieurs compañeros et en profitera pour leur glisser mots.

-Hey Yélica! Y'adore ton boule et y'aimerai lécher ta pequeñas flores.

-Kourtz! KOURTZ! Après la guerra on sè fait un remake dès 10 pequeñas négras.

-Heeeey rubio! Fais chauffer ton disc dour et améliore ta carte graphique, y'a dou trabajo qui nous attend.

-Nouanda! Tou mé sourveille Jess hein!

-Vaness, tou as lès deux plou belles sandías dou monde héhé.

-Stark amigo, Yè passé les explos à Hex et voici l'allumeur.

-Jess JESS! Mi hermano. Yè voulais te dire què t'es un gran dirigente.

Et blabla encore et encore avant que les bastardos arrivent à leur niveau. Les trois-quart de l'équipe se trouve dans le bar principal, fortifier pour l'occase. Gouache n'est même plus là pour leur faire des cocktails. Juan va se servir derrière le comptoir et apporte plusieurs boissons à ses compagnons retranchés. Couteau de chasse dans la gaine, double-canon à poudre chargé, Juan picole et fume près du jux-box du bar. Il se remémore tout le chemin parcouru. Toutes les aventures vécues. Tous les visages croisés. Il se dit qu'il a bien survécu après le génocide du crash. Cigarette au bec, il regarde par la fenêtre le pont ou sont sensés passer les batards. Quelques tirs se font entendre du coté falaises quand soudain une pluie de balles explose le double vitrage du bar. Les PD d'en face étaient tous armés d'armes automatiques à munitions infinies. Ca n'arrêtait pas. Dès que les têtes se levaient pour essayer un tir, une nouvelle coupe de tifs était imposée.

-Mierda c'était foupoud'av!(foutu-pourri-d'avance)

Il faut pas moins d'une minute pour Juan pour comprendre qu'ils vont perdre le combat. A croire que l'ennemi était monté sur les chevaux de l'apocalypse tout comme l'attaque en mer du black shark. Trop biaisé, trop inégal. Plus rien à perdre sauf l'honneur. L'honneur qu'était Flesh, l'honneur qui était chez grand nombre des occupants de l'outpost. Savoir mourir au combat. Juan se met à découvert en sautant par dessus les barricades. Il tire ses deux rockets anti char pendant qu'une pluie de cure-dents se mélange à la tombée des neiges. Le chauve tatoué est piqué et se fait exploser la main.

-HIJO DE PUTA MON PEIGNE!

Juan Pablo El cazador El magnifico latino se fait le remake perso de fort Alamo version post-apo.


_________________
Thème of Pablo https://youtu.be/J6TepSa82l8
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




La mort est un recommencement Empty
MessageSujet: Re: La mort est un recommencement   La mort est un recommencement Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
La mort est un recommencement
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dieu de la mort : 03/2008
» tete de mort
» LA COMMUNAUTE DU SUD (Tome 09) BEL ET BIEN MORT de Charlaine Harris
» SMOKY BARRETT (Tome 02) LA MORT EN FACE de Cody McFadyen
» Birkenau, camp de la mort...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Red Vault :: Le coin RP :: Outpost-
Sauter vers: